Budget de l’Ademe sacrifié, preuve que notre politique énergétique c’est : paroles et paroles et paroles …

Publié le par perlimpimpin

Vendredi 30 Septembre 2005

"Nous devons absolument agir pour réduire les émissions de gaz carbonique" a déclaré Nelly Olin lors d’une conférence de presse le 7 septembre. Elle a rappelé en outre que Dominique de Villepin avait consacré lors d’une autre conférence de presse, un "volet très important à l’écologie et aux économies d’énergie", "signe fort de la volonté du gouvernement d’avancer sur ces sujets"…. blablabla.

Ça, c’était début septembre, sur fond de gesticulations politiques, alors que le baril flirtait avec les 70 $, que les ménages faisaient la gueule en remplissant leur citerne de fuel, et que c’est toujours de bon ton d’être contre l’effet de serre et pour le protocole de Kyoto, surtout quand on est Ministre de l’environnement.

 
Aujourd’hui c’est l’heure du budget 2006, et même bâti sur des hypothèses optimistes de croissance, il affiche rigueur de dépenses et aménagements fiscaux en trompe l’œil (qui parie qu’au bout de la réforme fiscale passée à la moulinette de l’Assemblée, le bouclier fiscal restera – ndlr : taux d’imposition maximum – alors que le niveau maximum de réduction fiscale augmentera de 8 000 à 16 000 € ou plus ?).

 
Et T. Breton, notre Ministre de l’Economie, n’est pas aussi écologiste que sa collègue Nelly. Il a déjà raboté le budget 2005 de l’Ademe de près de 35 millions d’euros, dont 10 millions de crédits de paiement (entendez, de l’argent qui ne sera pas payé à des entreprises et à des clients, alors qu’il est du !). Et pour 2006, ces services tablent sur une réduction du budget Ademe de 30 % par rapport à 2005.

 
Bref, ça souffle le chaud et le froid du côté du gouvernement sur la question de l’énergie et de l’effet de serre. D’un côté des postures, de bons mots, des crédits d’impôts pour les particuliers, des engagements, une loi qui ne va pas trop mal, … et de l’autre on réduit les moyens de l’Agence d’Etat sensée mettre en œuvre et en musique la politique en la matière (pour les entreprises, les collectivités, les offices HLM, etc, …).


En attendant, tous les matins sur la radio, on continue d’entendre la pub de l’Ademe « faisons vite ça chauffe » qui fini par « paroles et paroles et paroles … paroles et paroles et paroles … ».

publié par Héloïm Sinclair dans: heloim.sinclair
Recommander

Commentaires

Pas de commentaire pour cet article

Trackbacks

Budget de l’Ademe sacrifié, preuve que notre polit

Héloïm, comme tu sais lire entre les lignes et que tu as décodé les messages subliminaux de tes interlocuteurs que j'ai appris à connaître, malgré les non-dits... tu auras compris que ce n'est pas parce qu'ils continuent de réduire les budgets que la pierre ne va pas continuer de rouler. La pierre, les pierres sont en route et vont gentiment continuer de rouler pour gentiment atteindre leur destination sans faire de vague. Point n'est besoin de viser multiple, le tout est de viser JUSTE et PRECIS, et CONCIS ... Tu voulais des chiffres, les as tu lus ? Te conviennent ils ? Que souhaiterais tu ajouter ? Pierre qui roule n'amasse pas mousse.... Ce n'est pas la quantité qui compte, mais la qualité des choses et projets que tu entreprends qui feront que tu seras percutant.

Tracké le 09/04/2006 - 22:53:45

Publié dans perlimpimpin

Commenter cet article