Article d'Hélöim L’abus de foi nuit à la démocratie : accepter la caricature de dieu

Publié le par perlimpimpin

Mardi 14 Février 2006

J’avais hésité avant d’écrire sur les caricatures de Mahomet et le vent de colère qu’elles ont soulevé. J’avais aussi l’envie d’en publier quelques unes, reprises de ce vieux numéro du Jyllands-Posten, par qui les foudres du monde musulman sont arrivées. Par goût de la provocation, autant que pour relayer et entretenir un esprit laïque à destination des peuplades non sécularisées. Le manque de temps pour réfléchir à un billet m’avait fait remettre ce projet.

 

Je profite d’une nuit lyonnaise, esseulé, pour me mettre au clavier et réagir à la manipulation médiatique. Car, il s’agit d’une manipulation qui sert les obscurantistes de tout poils et les allergiques au blasphème, dans une dérive médiatique mondiale qui avive le ressentiment et les peurs entre les peuples et les communautés.

 

Que Chichi marié à une grenouille de bénitier en rajoute une couche de baume pour l’apaisement, pourquoi pas. Mais au moins qu’il équilibre le discours en condamnant avec force les agressions attentatoires à notre représentation diplomatique et celles de nos voisins européens. Sans même considérer que c’est son rôle de chef d’Etat au sein d’une diplomatie européenne, pour la France qui plus est laïque depuis 1905, il s’agit simplement du strict respect du droit international : l’extraterritorialité des ambassades et consulats, qui contraint les Etats à prendre toutes les mesures appropriées pour empêcher qu’ils soient envahis ou endommagés.

 

Ne pas condamner fermement ces violations diplomatiques, c’est donner raison à la rue islamique, bien muselée d’habitude, et que l’on pousse à la véhémence en Iran, en Palestine, en Syrie et ailleurs … Cela ne fait qu’encourager ces Etats à utiliser cette affaire à des fins politiques.



Nous n’avons pas à rougir, encore moins à faire acte de contrition ou de repentance vis-à-vis de la publication de ces caricatures. Il n’est pas question de savoir si ces dessins sont subtils, intelligents, bêtes ou blessants pour les croyants du croissant ou de la croix. C’est une question de principe : liberté inaliénable d’expression, fut elle blasphématoire. Profitons en au contraire pour revoir nos grilles de lecture et de jugement. La Cène revue et corrigée pour une pub de Marie T François G. aurait due être diffusée, et jamais les Guignols n’auraient du plier contre le Vatican (au nom du Père, du Fils, et du IIIème Reich, dixit B16).

 

Entre fanatiques chrétiens, musulmans et autres, les laïcs sont pris en étau. Prenons, garde à préserver notre liberté de publier (et de penser), sans autocensure pour respecter tel ou tel autre dieu, et laissons gloser les papes, grands rabbins et muftis, jusqu’à ce qu’ils s’essoufflent.

 

 

publié par Héloïm Sinclair dans: heloim.sinclair
Recommander

Commentaires

juste pour faie croitre tes stats !!! et les liens que tu ne veux pas mettre sur ton site !!!! car le Site de La beauté Vénusienne n'en a pas besoin!!!
Commentaire n° 1 posté par: lafilledusudôdgcoeur(site web) le 10/04/2006 - 02:01:54

Publié dans perlimpimpin

Commenter cet article